Le temps d'écrire

A vous la parole!
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 48
Inscription : 07 Mars 2015, 13:49

Le temps d'écrire

Message par kate » 27 Février 2017, 21:57

Nous avons jusqu'au 17 avril pour soumettre un premier jet... et certains y arriveront sûrement, dont ceux qui parviennent à aligner 2000 mots/jour.

Pour ma part écrire un premier jet en deux mois me paraît très difficile. Ma façon d'écrire ne s'y prête pas, ni mon emploi du temps. Si on laisse ce second point de côté ( l'emploi du temps), il reste que j'aime laisser reposer mes scènes, lire entre deux séances d'écriture, rencontrer des gens, bref me nourrir de ce qui vient pour que de nouvelles idées surgissent. Ceci même si j'ai déjà la trame principale de mon roman.

Ensuite l'idée d'un premier jet qu'on ne peut pas retoucher avant sa fin ne me convient pas, du moins je ne le pense pas. Je relis souvent ce que j'ai écrit la veille et l'avant-veille. Je modifie le texte, efface des passages, en réécris d'autre, je corrige des fautes.

Tout ça pour dire qu'aujourd'hui était ma plus grosse journée d'écriture depuis le début du Mooc et j'ose à peine l'avouer: 700 mots.
Alors dois je me flageller? Procrastine-je?

https://lesoufflenumerique.com/2016/06/29/combien-de-temps-prend-lecriture-dun-roman/

Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 11
Inscription : 16 Janvier 2017, 22:07

Re: Le temps d'écrire

Message par Audece » 27 Février 2017, 22:55

Merci pour le partage de cet article qui reflète aussi mon avis.

Quand je me suis inscrite à ce mooc, je me suis dit que j'allais appliquer la méthode préconisée, soit de me donner comme objectif d'écrire un 1er jet sans me retourner en arrière et d'utiliser DQ comme support. J'ai survolé certains de mes rounds mais pas en profondeur, parce que je sais que je vais passer beaucoup de temps à relire, récrire, réagencer. Puis laisser reposer et y retourner. Si je me trop de questions maintenant, l'autocensure va gagner :-)

J'ai paramétré une plage de travail d'1/2 heure sur DQ. Je n'ai pas beaucoup de recul (16 rounds à ce jour) mais si je respecte le temps, je ne dépasse pas 250 mots; en général, c'est 400, parfois plus. Mais c'est vrai que c'est intéressant d'avoir accès aux statistiques des rounds pour connaître son propre "rendement"; ça m'a permis de mieux organiser mes plages d'écriture.

Le rapport temps/nombre de mots n'a pas d'intérêt propre pour moi et nous avons nos propres rythmes. La bonne méthode est celle qui fonctionne pour toi.

Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 74
Inscription : 11 Mai 2014, 16:11

Re: Le temps d'écrire

Message par Marie B » 28 Février 2017, 06:56

J'ai lu l'article, qui fait le point sur ce que nous savons et, pour certain-e-s, avons expérimenté.
C'est utile.
Aujourd'hui, avec le recul (c'est mon 5e Mooc et j'ai autopublié 4 récits + publié quelques nouvelles en volume papier), voici ce que je peux dire sur le temps, l'écriture et l'investissement personnel dans la tâche d'écrire (ici : je parle des romans) :

1) J'ai constaté que j'avais une espèce de "nature" dans l'écriture, je conçois des intrigues et des mondes complexes, riches, donc c'est lent et long à gérer. Dans le même élan, et ça va avec, j'écris "de l'intérieur" (contrairement à d'autres sui se positionnent de l'extérieurs, dégagés), il me donc faut unifier le flux d'écriture, l'équilibrer, et le porter vers l'avant, ce qui demande de l'énergie, des fois beaucoup. Ainsi ai-je écrit (sur 3 Moocs !) "Là où l'aventure garde les yeux clairs" (mots tirés d'un vers de Césaire), une histoire mondiale de migrations, de continents en coprésence, et aussi d'amour, de durée (mais sans guimauve ni violons).

2) Le temps est donc important, il permet de mûrir et laisser mûrir. Dès après le précédent livre, j'ai repris une série de textes tous liés à une enquête socio qualitative sur le mariage ("pourquoi t'es-tu marié, toi ? et toi ?"), et je l'ai écrit ou plutôt réécrit, mis au carré pour le faire rentrer dans un livre. Et hop, en quatre mois, ce fut "Pourquoi épouser ? Une enquête au pays des décisions d'amour". Mais tout était prêt depuis des années.

3) Devais-en conclure que ma "nature" (écriture lente, venue de loin, complexe) excluait d'autres "natures", peut-être plus épisodiques ou temporaires ? Eh bien non ! En juin 2016, nous revenions en voiture d'une semaine de vacances dans le sud (j'habite au-dessus de Lyon, bien au-dessus), lorsqu'une histoire m'est littéralement tombé dessus, à tel point que je me demande encore aujourd'hui si je n'aurais pas capté à mon insu (ou demi-su) une conversation de terrasse : une fille vole son mari, car elle a un projet, et aussi un passé, et son imagination en la matière est créatrice. J'ai pris des notes quand je ne conduisais pas et, dès le lendemain, je me suis mise à écrire "5 façons de voler tout en restant adorable", cette histoire. Un mois plus tard, c'était fait. Oui, moi, la lente et la complexe. mais était-ce moi ? Il m'a semblé qu'une part seulement de moi s'était mise au travail, la part légère et drôle avec juste ça et là une plongée dans la complexité... donc j'ai pris un pseudo, Jane Zys.

Bilan. On peut avoir plusieurs rapports au temps et plusieurs façons d'écrire, ça dépend du sujet. D'accord, rien de nouveau sous le soleil des livres. Mais... expérimenter ces deux façons d'écrire, c'est quelque chose. Et ça m'a tellement plu qu'aux vacances de Noël, j'ai écrit la suite de l'histoire, cela m'a pris 5 semaines et je me suis bien amusée : dans "5 façons d'exécuter son auteur", Carine, l'héroïne a divorcé de son mari (comment, pourquoi, je ne spoile pas), elle travaille (mal payée, pas de sous), et décide de se révolter contre son auteur, cette Jane Zys qui a écrit sa vie. Elle va écrire elle-même et cet acte accompagnera son émancipation, elle sera aidée par son fils. Bref, voilà.

Pour conclure, je dirai que c'est l'histoire qui commande. Chacun, chacune de nous répond avec ses outils, ses armes, son vécu et sa sensibilité. Bonne écriture à vous !! En accord avec votre temps.
Côté Mooc, après 16 rounds, j'ai ressenti le besoin de reprendre, et donc je me suis retirée, en faisant un texte parallèle, que je régule tout en avançant. C'est une sorte de mouvement spiralaire incluant une progression, et je trouve que ça marche bien. J'ai même trouvé le titre pour l'histoire de Lola, et sa soeur et son mari et et... (pas spoiler), "Le dieu des histoires est celui que je préfère". Serait-il possible que DQ permette cela, je ne sais pas.

Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 317
Inscription : 25 Septembre 2014, 07:25

Re: Le temps d'écrire

Message par Saule » 28 Février 2017, 08:22

J'ai retwitté la semaine dernière une citation qui disait "ne vous inquiétez pas d'être lent, inquiétez-vous seulement d'être à l'arrêt".
Je pense que ça convient parfaitement à l'écriture : peu importe que vous n'écriviez que 400 ou 200 mots par jour (semaine/mois), tant que vous n'en écrivez pas 0.

Je n'ai jamais eu l'esprit de compétition, n'ai jamais compris la notion de performance, d'être le meilleur ou le premier.
Être rapide en écriture ne m'intéresse pas (pas plus qu'en lecture, d'ailleurs, où la mode semble être de s'imposer des défis du type "lire 200 livres dans l'année").

Alors oui, évidemment, si vous espérez gagner un peu d'argent avec vos livres, le constat est implacable et mathématique : publier trois romans par an est forcément bien plus rentable que de sortir un bouquin tous les deux ans. Mais à part dans cette configuration, il n'y a aucun complexe à avoir.

J'approuve fortement les messages déjà postés : personnellement, je sais aussi que mes idées ont besoin de temps pour mûrir, que les meilleures que j'ai pu avoir ne sont jamais celles qui sont venues sur un coup de tête. Je suis quelqu'un de productif parce que je suis très régulier (et parce que je dédie minimum 15h par semaine à mes activités littéraires), pas parce que j'écris vite.

Bonne écriture à tous !
:)
Stéphane Arnier (alias Saule)
Page web de ma série : http://www.memoiresdugrandautomne.com
Mon blog d'auteur : https://arnierblog.wordpress.com/
Rejoignez-moi sur Twitter ! https://twitter.com/s_arnier

Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 100
Inscription : 10 Mai 2014, 23:22

Re: Le temps d'écrire

Message par San » 28 Février 2017, 16:02

Tout à fait. Je suis moi aussi pour le slow writing. Etre régulier est déjà suffisant pour progresser. Parfois, il vaut mieux même écrire un peu plus lentement (mais pas au point de traîner éternellement sur des petits détails sur lesquels tu aurais pu ne te pencher qu'à la réécriture).

Après, comme le dit Marie B il y a des histoires que tu "pondras" d'un coup tandis qu'avec d'autres, tu vas le traîner sur plusieurs années. Leonardo da Vinci avait mis 20 ans avant de finir la Vierge des Roches, au grand dam de ses mécènes!
Un premier jet, c'est comme aménager une chambre bordélique.
Pour le MOOC DQ5, j'écris une nouvelle puis continue mon roman
Stade de mon roman : premières scènes (fin acte 1).
Stade de ma nouvelle : en cours de réécriture

Message(s) : 39
Inscription : 18 Avril 2015, 16:20

Re: Le temps d'écrire

Message par Hurlevent » 28 Février 2017, 17:32

Merci pour ce sujet!

Je partage l’expérience de Marie. Je suis hyper lente dans ma progression habituelle. J'ai, par exemple, un roman en cours depuis... longtemps.
Je l'ai souvent recommencé. C'est un texte qui me tient peut-être trop à coeur pour pouvoir le finir un jour.
Les textes que j'ai écrit plus vite sont les textes sans enjeu. Des sujets faciles, des nouvelles, ou bien les textes avec dead-line. Dans ces cas -là, j'avance sans trop me poser de questions ni revenir en arrière. Les statistiques sur cette campagne me sont utiles parce qu'elles confirment mon travail. Je sais que j'ai avancé. J'ai jeté un oeil. Mon max, c'est 800 mots. Mais côté qualité, ce n'est pas le round dont je suis le plus contente.
Par ailleurs, les journées ne sont pas extensibles, ni le temps de cerveau disponible. L'essentiel pour moi, c'est le sentiment d'avoir fait ce que j'avais à faire.

Message(s) : 19
Inscription : 24 Janvier 2017, 18:13

Re: Le temps d'écrire

Message par Akg » 28 Février 2017, 20:25

Hello,

Avez-vous des informations précises sur les objectifs à atteindre pour ce premier jet et pour pouvoir le présenter à la fin du MOOC ?
Le premier jet doit-il être entièrement finalisé ?
J'ai prévu un scénario correspondant à un objectif d'environ 100 000 mots, mais à moins de suivre le rythme de forcené du Nanowrimo (50 000 mots en un mois, sans relecture, accouchés dans la douleur - ça fait une moyenne de 1667 mots par jour, et quand les "jours sans" s'accumulent, ça fait des week-ends de marathonien), je ne vais pas être en mesure de présenter un manuscrit avec un début, un milieu et une fin. Encore moins quelque chose de relu...

Deuxième question, pour celles et ceux qui ont déjà publié, et dont j'imagine qu'ils ont "trouvé leur rythme".
Il ne s'agit pas pour moi de me fixer un objectif raisonnable, mais plutôt de relativiser, car j'imagine que les pratiques des uns et des autres sont très variables.

Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 317
Inscription : 25 Septembre 2014, 07:25

Re: Le temps d'écrire

Message par Saule » 01 Mars 2017, 07:30

Akg a écrit:Avez-vous des informations précises sur les objectifs à atteindre pour ce premier jet et pour pouvoir le présenter à la fin du MOOC ? Le premier jet doit-il être entièrement finalisé ?


Salut Akg.
A moins que le règlement ne change, à priori il n'y a aucun objectif particulier à atteindre, ni en terme de longueur de texte, ni en terme de style, ni en terme de finalisation.
En fait le concours du MOOC est presque un concours de projet : tu peux envoyer un texte très loin d'être finalisé, et même carrément incomplet. Le jury est composé de gens du milieu, qui auront à charge de reconnaître dans le texte le potentiel (ou pas ;)). Les gagnants peuvent publier en autoédition avec Librinova, mais il est arrivé plusieurs fois que ledit gagnant ne publie réellement qu'un an après le concours, le temps de réécrire et retravailler son texte.

Ceci-dit, c'est aussi un concours, donc il faut avoir conscience que certains présentent des textes très aboutis... mais qui ne tente rien n'a rien, et cela ne coûte pas grand chose d'envoyer le fruit de son travail.
J'encourage tous les participants à se fixer cela comme objectif : ça fait partie du MOOC !
;)

Akg a écrit:Deuxième question, pour celles et ceux qui ont déjà publié, et dont j'imagine qu'ils ont "trouvé leur rythme".


Je crois qu'il manque un bout de ton message, car tu parles d'une deuxième question sans la poser :p
Si j'essaie de la deviner, je répondrais que le rythme importe peu (pour de vrai !). Que ce soit en autoédition ou (encore plus) par l'édition traditionnelle, la vitesse d'écriture ou de finalisation d'un projet n'a absolument aucune espèce d'importance. Tu publies ou présente ton manuscrit à un éditeur quand ton texte te semble prêt, point. Personne n'attend après toi, tu as tout le temps que tu veux.
:)
Stéphane Arnier (alias Saule)
Page web de ma série : http://www.memoiresdugrandautomne.com
Mon blog d'auteur : https://arnierblog.wordpress.com/
Rejoignez-moi sur Twitter ! https://twitter.com/s_arnier

Message(s) : 19
Inscription : 14 Janvier 2017, 23:03

Re: Le temps d'écrire

Message par ticaribo » 01 Mars 2017, 10:09

@Akg

Bonjour !

Je suis complètement d'accord avec Saule, il n' y a pas de règles, qu'on ait été publié ou pas. Impossible de savoir à l'avance le temps que ça va prendre pour finaliser un projet d'écriture, selon les recherches nécessaires ou pas, la relecture, les modifications éventuelles, etc...

L'intérêt que je vois au MOOC (et c'est pour ça que j'y participe) c'est de mettre en oeuvre une règle que je m'étais déjà fixée seule pour un roman précédent : écrire tous les jours, même une seule ligne ! Et pour moi c'est plus facile s'il y a un "coup de pied au cul" extérieur, donc DQ c'est top pour ça...Sans parler des échanges qui sont très stimulants !

Bonne écriture à tous !

Retour vers Sujets libres

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité